La Roche Posay face au cancer

Souvent lorsque je décide de publier un article, je sais exactement par où commencer, je connais la trame de fond et je sais à peu près ce que je vais vous dire. Aujourd’hui c’est différent. Aujourd’hui j’ai envie de vous parler du week-end que j’ai passé à la station thermale de La Roche Posay, et en même temps je ne sais pas par où commencer, ni même quoi dire.

Je pense que la première chose qu’il faudrait vous dire c’est que l’année dernière, après deux ans de lutte acharnée, j’ai perdu mon papa d’un cancer de la gorge. Mon papa, mon soleil, celui qui s’est battu sans relâche pendant deux ans, avec toujours un sourire aux lèvres, et qui n’a cessé de me répéter « t’inquiète juju ça va aller ».

Mais cela n’a pas été.

En écrivant cela je me rend compte à quel point la douleur est encore là, mais je me rends compte aussi que je vous dis cela à vous, alors que même à certains de mes amis je n’en ai pas parlé, je ne leur ai pas dit que mon papa était parti, comme si l’admettre à haute voix était trop dur et rendait la chose trop réelle.

Donc lorsque j’ai reçu une invitation pour découvrir la station thermale La Roche Posay, spécialisée en soin de la peau, et découvrir notamment le protocole post-cancer (pour tout ce qui est cicatrice, mobilité, élasticité de la peau etc.) j’ai bien sûr acceptée en me disant que c’était une cause qui me parlait tellement qu’il fallait que j’y aille, et que je vous en parle, que je vous informe, tout en étant quand même consciente que ce week-end allait être difficile pour moi.

Après à peine 1h30 de TGV, nous (quelques blogueuses invitées comme moi à découvrir l’endroit et moi même) sommes arrivées à La Roche Posay, située à côté de Châtellerault, à moins d’une heure de Poitiers, et la première chose qui m’a frappée a été de voir à quel point tout était calme, silencieux, verdoyant et apaisant. Après avoir posé nos valises à l’hôtel Les Loges du Parc, un sublime quatre étoiles, hyper cocooning et tellement élégant et raffiné, nous nous sommes rendues au SPA Source La Roche Posay, situé à peine 10 minutes à pieds de l’hôtel, et là j’en ai pris un peu plein les yeux.

Source

Le lieu, de 2200 m2, noyé dans un écrin de verdure, est juste magnifique, il est calme, reposant, ouvert sur la nature par de grandes baies vitrées, tout y est cocooning et perfection. Ce Spa thermal offre tout ce qu’un SPA classique peut offrir (piscine, jacuzzi, sauna, hammam), mais en version « eau thermale », dont les propriétés sont bienfaisantes pour le corps (l’eau est composée de sélénium, silice, calcium). Ayant la peau ultra uber méga sensible, en temps normal j’évite un peu la piscine, car même si j’adore nager je sais que je vais en ressortir avec des plaques rouges, voir même avoir quelques plaques d’exéma qui vont apparaître les jours suivants (instant glamour bonjour), ce qui ne s’est pas du tout produit ici, en ressortant ma peau était toute douce, ne tiraillait pas, ni picotait pas, c’était bonheur. Durant cet après-midi hors du temps, en plus d’avoir eu le temps de barboter allègrement dans la piscine (dont la température était parfaite), et de suer aux hammam et sauna, j’ai eu le droit à un massage sous affusion, dont le principe est assez sympa : pendant que la masseuse vous masse le corps, une fine pluie d’eau chaude vous mouille le corps, c’est extrêmement relaxant. Je suis ressortie du SPA plusieurs heures plus tard, épuisée mais reposée et surtout affamée.

Source

Le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil, nous nous sommes rendues aux Thermes du Connétable, où sont réalisées les cures dermato (possible également pour les enfants et nourrissons souffrant d’exéma sévère ou autre) et post-cancer ou brulure ; pendant près d’une heure nous avons pu visiter ce bâtiment, et voir tout ce qu’il était possible d’offrir aux patients qui étaient ici sur prescription médicale (donc pris en charge par la sécurité sociale), et pour une durée de trois semaines, durant lesquelles, chaque matin, ils reçoivent des soins médicaux à base d’eau thermale.

Je pense que tant que l’on n’a pas côtoyé quelqu’un souffrant du cancer on ne se rend pas vraiment compte d’à quel point leur peau a été mise à mal et à quel point elle souffre ; mon papa, dû à sa radiothérapie, avait la peau dans un état catastrophique, que ce soit à l’endroit où la radiothérapie avait eu lieu, mais également sur tout son corps, et je trouve que ce genre d’établissement est incroyable. En plus d’offrir aux curistes un véritable encadrement et des soins adaptés selon leurs besoins, il y a un « autour » qui fait toute la différence, comme par exemple le Pavillon Rose, où l’on réapprend aux femmes à se maquiller, à dessiner leurs sourcils, qui ont bien souvent été perdus durant la maladie, il y a également un nutritionniste, des groupes de paroles, un psychologue …

Pour conclure je dirais simplement que j’ai passé un très bon week-end ; le Spa des sources est un lieu formidable, hyper cocooning et reposant, où le temps semble s’arrêter, et où l’on ressort de là reposée et détendue, qu’en aux thermes du Connétable, je ne sais même pas quoi vous dire à tel point je suis heureuse que ce genre d’établissement existe et permette aux grands brulés, aux personnes qui ont des problèmes dermatologiques sévères ou qui ont souffert un cancer de se rétablir tant psychologiquement que physiquement ; cet établissement est un réel coup de cœur pour moi.

A coté de ça durant ce weekend j’ai rencontré des filles géniales, et tellement impressionnantes, certaines ont eu un cancer et ont eu l’incroyable force d’en tirer quelque chose de « positive », elles ont une rage de vivre et une vision de la vie tellement positive … Je pense notamment à Lisa, aujourd’hui bénévole dans une association, mais aussi Cindy, tellement inspirante avec sa Curcumabox (je rajouterai bien d’ailleurs un ou deux petits trucs sur ma wishlist) ou encore Elodie et ses sublimes dessins, mais aussi Charline, Myriam, Estelle et Séverine.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.