{série} The end of the F***ing world : mon avis

 

J’avais commencé à vous parler des séries que je regarde juste ici, puis n’en ayant pas découverte de nouvelles depuis un moment, j’avais un peu laissé ce type d’article en stand by … Et puis dernièrement j’ai découvert la série The End of the F***ing World, une toute nouvelle série britannique, de Jonathan Entwistle, disponible sur Netflix. Parce que oui, quand je te dis que Netflix c’est la vie Marguerite, merci de me croire !

Voici le pitch : un ado psychopathe en herbe, et une rebelle en quête d’aventure embarquent pour un road trip d’enfer, dans cette série à l’humour noir, inspiré d’un roman graphique de Charles Forsman.

Pour le moment seule la saison 1 a été tournée, elle est composée de 8 épisodes, d’une vingtaines de minutes chacun ; autant vous dire que je me suis faite la saison en un week-end.

Alors avant toute chose, et pour poser un peu les bases, cette série est un chouilla noire, et si vous avez envie de décompresser après une dure journée de boulot, et de vous taper une franche marrade, passez votre chemin et mettez plutôt un épisode de The Big Bang Théorie.

Au cours des huit épisodes de la saison on suit le road trip de James, qui se décrit lui même comme un psychopathe et qui a déjà à son actif plusieurs exécutions d’animaux, et d’Alyssa, adolescente un chouilla névrosée et agressive, et qui, ensemble, forment un duo détonnant, non sans rappeler le duo mythique de Bonnie & Clide.

Cette série est noire, et dès le début on présent une fin pas forcément comme on aimerait, et à la fin du dernier épisode j’ai ressenti le même sentiment que lorsque j’ai terminé le livre des souris et des hommes de Steinbeck : histoire touchante, récit tranchant, fin qui vous laisse avec un sentiment de vide, un peu sonnée.

Pour conclure ?

Netflix frappe fort avec cette série un brin décalée par rapport aux séries que l’on a l’habitude de voir, celle-ci est très british, assez noire, piquante et cinglante, elle est originale et vaut le détour. Les personnages que l’on ne pense pas aimer de premier abord sont finalement touchants et attachants, l’histoire est bien ficelée, il n’y a pas de blanc ou de pause, cette série vaut le détour, et la bande annonce c’est par ici.

One thought on “{série} The end of the F***ing world : mon avis

Leave a Reply

Your email address will not be published.