Mes indispensables post grossesse (montée de lait + baby blues)

Je vous ai déjà parlée mes indispensables durant ma grossesse, mais je me suis dit que cela pourrait peut être aussi vous intéresser de connaitre mes indispensables post grossesse, ces produits/ aliments/ trucs sans lesquels je n’aurais pas pu survivre à cette oh combien joyeuse période « post grossesse ».

Parce que oui mes chouquettes à la crème, on n’en parle pas dans les magazines ou à la TV, mais sachez qu’une fois que vous avez pondu, les quelques semaines qui suivent ne sont pas de tout repos ….

Ha non non Bernadette. Je t’assure. Je sais bien que l’on te fait croire qu’une fois que tu as ton crapaud dans les bras tout n’est que bonheur et paillettes, que les désagréments de la grossesse s’envolent comme par magie, mais je t’assure que non….

J’a donc décidé de vous faire toute une petite série d’articles pour vous parler un peu de ces indispensables, ces supers héros du quotidien qui m’ont sauvé la vie durant cette période tellement peu glamour, et histoire de ne pas vous assommer directos bambinos avec un pavé de 18 pages, je me suis dit qu’aujourd’hui j’allais « simplement » vous parler du baby blues et des montées de lait.

Le baby blues

Déjà sache Bernadette, qu’après avoir accouché, il y a ce que l’on appelle communément le fameux « baby blues ». Alors les magazines te diront que ce « petit blues » est semblable à celui que tu as le dimanche soir, quand tu penses au fait que le WE est fini et qu’il faut que tu ailles bosser demain….

Mouhaha.

Que nenni Bernadette…

En vrai, quand tu quittes la maternité, tes hormones sont en chute libre, et ce « petit blues » tout mignon décrit par les magazines est en fait une tornade d’émotions, qui te fera pleurer des litres et des litres de larmes, tout simplement parce qu’il n’y aura plus de sandwich végétarien à la cafterait ou parce ta chaussette gauche a un petit trou tout riquiqui minuscule sous le petit orteil, et que bordel cette chaussette là c’était ta préférée !

Ouaip…

Pour palier à ça je me suis ruée sur l’homéopathie, et me suis avalée des granulés de sépia officinalis 15 CH (5 granules par jour pendant 5 jours), et de kalium phosphoricum 15 CH (pour l’épuisement physique et intellectuel : 5 granules le soir, avant de se coucher, pendant 5 jours). Bon, je vous avoue avoir été assez épargnée par le baby blues (mis à part l’épisode du sandwich et une angoisse soudaine et fulgurante, à 3h du matin, où j’ai pleuré toute les larmes de mon corps à l’idée de mourrir et de laisser mon fils grandir sans maman). Alors, je ne sais pas bien si c’est grâce à l’homéopathie ou au fait qu’en fin de grossesse je pleurais chaque jour de désespoir du fait de ne pas accoucher, et que donc en accouchant je n’étais que joie et paillettes, mais quoiqu’il en soit, le baby blues a été, contre toute attente, méga soft par ici.

Les montées de lait

A coté du baby blues, qui peut te dévaster et faire regretter à ton chéri chéri le temps béni où tu étais enceinte et pleine d’hormones, il y a les montées de lait ….. Haaaaaa les montées de lait ….. Ca non plus on n’en parle pas beaucoup beaucoup, et pourtant….

Alors, si tu allaites Bernadette, no problemo bambino puisque micronainbus2000 viendra « retirer » le lait que tu as dans les seins, et, « normalement », tu ne devrais pas trop trop souffrir… Je dis bien normalement.

Par contre, si comme moi tu décides de ne pas allaiter, sache petit hibiscus que tu risques de passer un moment fort sympathique. En gros, tes seins vont se gorger de lait (qui ne sera donc pas tété par micronainbus2000), ils vont donc s’engorger, devenir très lourds et très douloureux. Ce petit bonheur arrive en général 2 à 4 jours après l’accouchement, piloute quand tu sors de la maternité, et que, si tu as déjà tout bien suivi, tu te tapes ton « petit baby blues tout mignon ».

Avant, au temps jadis et béni, les maternités donnaient des médicaments contre la montée de lait, pour éviter aux mamans non allaitantes de souffrir leur grand-mère. Mais ça c’était avant.

Donc, pour remplacer ces fameux médocs qu’on ne donne plus et qu’on ne trouve plus, je me suis une fois de plus tournée vers l’homéopathie, et me suis pris une dose de Ricinus 30 CH juste après avoir accouché, puis pendant 10 jours j’ai pris une dose de Ricinus 30 CH 2 fois par jour + une dose de lac Caninum 2 fois par jour.

A cela, comme je suis un peu frapadingue et que j’avais tellement peur de souffrir le martyre comme toutes mes copinettes, j’ai ajouté, dès l’accouchement, une infusion matin et soir de feuilles de sauge (ce n’est pas méga uper bon, mais c’est très buvable comme dirait l’autre, et cela a pour propriété de couper la montée de lait), ainsi qu’une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée sur chaque sein, 3 fois par jour, pendant 5 jours.

Verdict ? J’ai un peu souffert (mais vraiment un tout petit peu), mais rien a voir avec mes copinettes qui n’ont pas allaité et n’ont pas pris d’homéopathie & CO, et qui, elles, les pauvres, ont vraiment, mais vraiiiiiiiiiment, souffert.

(Et parce que je sais que le sujet de l’allaitement est hyper polémique, je rappelle mes libellules qu’ici on peu parler de tout, mais toujours dans la joie et la bonne humeur, et en étant polie).

8 thoughts on “Mes indispensables post grossesse (montée de lait + baby blues)

  1. J’aime beaucoup ton blog. Un plaisir de venir flâner sur tes pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésite pas à visiter mon univers. A bientôt.

Leave a Reply

Your email address will not be published.